Rechercher
  • PEEP Vence

HARCÈLEMENT SCOLAIRE

OBSERVATOIRE PEEP – HARCÈLEMENT SCOLAIRE


1 élève sur 4 a déjà été confronté à des situations de harcèlement

Le 7 novembre 2019 se tiendra la journée nationale de mobilisation contre le harcèlement. Dans son dernier Observatoire de rentrée, la Fédération des Parents d’Élèves de l’Enseignement Public annonce que 65% des parents sont insatisfaits de la prise en charge du harcèlement scolaire par les établissements.


Agir en préventif, une priorité :


La Fédération des Parents d’Élèves de l’Enseignement Public œuvre sur le terrain et a proposé à l’Éducation Nationale de mettre en place plusieurs mesures pour agir en préventif. À nouveau, la PEEP réitère ses propositions :

Renforcer la présence des personnels Médicaux-Sociaux dans les établissements scolaires pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement aussi bien des victimes que des harceleurs. Les établissements sont en effet confrontés à une diminution des effectifs d’infirmiers et assistants sociaux dans les écoles qui permettaient de créer du lien.


Déployer les élèves ambassadeurs-référents dès l’école primaire et les augmenter proportionnellement au nombre d’élèves dans l’établissement. Ce rôle de médiateur assigné aux élèves perturbateurs lors des conflits existe au collège et au lycée. Sa mise en place dès le primaire permettrait une responsabilisation dès le plus jeune âge.


Intégrer les parents d’élèves dans la cellule de lutte contre le harcèlement au sein des académies afin de consolider le partenariat. Ces cellules n’intègrent pas tous les membres de la communauté éducative. Les représentants des parents et des élèves en sont exclus. La PEEP pense que la diversité des regards et des approches conduit à une meilleure prévention et à une meilleure prise en charge des situations de harcèlement et de la souffrance des familles et des élèves.

« Nous constatons que l’implication des parents est essentielle à la « co-construction » des dispositifs préventifs en collaboration avec l’équipe pédagogique. La PEEP encourage ce partenariat. En effet, depuis un certain nombre d’années, notre Fédération de parents d’élèves est investie pour lutter et proposer des solutions afin d’endiguer le harcèlement scolaire », explique Gérard Pommier, Président de la PEEP.

Pour accompagner au mieux les associations de parents d’élèves, la PEEP travaille actuellement sur la réalisation d’un guide qui sera publié en début d’année prochaine. Ce guide à destination des responsables d’associations de la PEEP permettra de les accompagner dans la prise en charge des parents qui les sollicitent.


En finir avec les tabous :


En Juin 2019, Jean-Michel Blanquer a présenté un plan constitué de dix nouvelles mesures pour lutter contre les violences scolaires dont notamment la sensibilisation autour du harcèlement et de ses conséquences. Une avancée qui fait suite à l’inscription dans le code de l’éducation du droit des élèves, à suivre une scolarité sans harcèlement, en juillet dernier. Dès la rentrée 2020, les élèves seront ainsi davantage sensibilisés à ces problématiques, mais cette mesure concerne principalement le cours préparatoire et le collège.


La PEEP souhaite que les pouvoirs publics prennent pleinement conscience de ce phénomène social qui touche non seulement les enfants en milieu scolaire mais impacte également l’équilibre familial.

« Les établissements ont encore du mal à briser les tabous et à partager sans filtre sur les violences présentes au sein de leurs rangs par crainte de nuire à leur image. Or, sur ce sujet, chacun d’entre nous concerné par les questions d’éducation doit jouer un rôle actif et être force de proposition, pour désamorcer au mieux les situations critiques et parfois tragiques engendrées par le harcèlement scolaire », conclut Gérard Pommier, Président de la PEEP.


À propos de la PEEP :


Fédération des Parents d’Elèves de l’Enseignement Public, créée en 1926 par des parents pour des parents. Elle est présente de la maternelle à l’université et dans tous les domaines de l’enseignement. Attachée à l’école publique et laïque, elle prône la primauté éducative de la famille.


À propos de l’Observatoire :


La PEEP, forte de son réseau de 2,000 associations locales de parents d’élèves, interroge 150,000 familles adhérentes les jours qui suivent la rentrée scolaire. 8.234 réponses reçues en seulement quelques jours (du 4 au 9 septembre). Une communauté représentative de parents impliqués dans la scolarité de leurs enfants. Un bilan issu du terrain, sans filtre, en toute indépendance.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La ville de Vence organise un sondage destiné au jeune de 3 à 18 ans qui vise à évaluer le niveau de leur bien-être sur notre ville, les points forts et faibles de notre offre. LE LIEN POUR CE SONDAGE